Quel avenir pour les coentreprises publiques privées du grand emprunt ? : Le blog Innovation de L'Usine Nouvelle, par la journaliste Aurélie Barbaux

Quel avenir pour les coentreprises publiques privées du grand emprunt ?

Le 02/01/2012 | Entreprise, Financement, Politique, Stratégie

L’enfer est pavé… de fausses bonnes idées. Prenez l’appel à manifestations d’intérêt  du volet « usage, services et contenus innovants » du Fonds pour la société numérique (FSN) des investissements d’avenir, doté — excusez du peu — de 2,5 milliards d’euros. 70 % de cette enveloppe devaient être investis par l’État à hauteur d’environ 30 % au capital de coentreprises « innovantes », que se proposaient de créer les Thales, Orange, EADS, CEA, Bull et autres Dassault Systèmes, notamment à l’occasion d’une vaste consultation publique lancée par Nathalie Kosciuszko-Morizet, alors secrétaire d’État chargé e de la prospective et du développement de l’économie numérique, au printemps 2010.À l’époque, les services de NKM expliquaient : « les critères de sélections des dossiers divergeront de ceux d’investisseurs en capital-risque classiques. Dans les business plan de ces coentreprises, le chiffre d’affaires envisagé à moyen terme ne sera pas forcément prédominant dans les critères de sélection. Des critères de création d’emploi, de retour sur investissement sous forme de taxe ou seront également étudiés. En revanche, l’État se promet d’être un investisseur plus patient que les fonds de capital-risque et de rester jusqu’à 10 ans, lorsque d’autre sortent au bout de 5. » À bon entendeur.

Les 30 % restant financeront sous forme de subventions, des appels à projets de R&D, plus classiques liés aux neuf axes retenus, comme le cloud computing, la numérisation des contenus, l’e-santé…

Le 19 décembre dernier, le commissariat aux investissements d’avenir dévoilait les lauréats de l’appel à projets « Cloud ». 19 millions d’euros iront donc financer 5 projets comparatifs, portés par OrangeLabs (autrement dit Orange), Bull, INEO et deux PME Prologue et Non Stop Systems. Rien à dire.

En revanche, point de nouvelle officielle de l’appel à manifestations d’intérêt du volet « usage, services et contenus innovants » lancé finalement le 18 mars 2011. Seulement sait-on que la coentreprise Andromède, pour un « cloud computing à la française » auquel devaient prendre part Orange, Dassault Systèmes et Thales aux côtés de l’État, bat de l’aile. Orange tirant trop la couverture à lui, Dassault Système, qui après deux ans de fiançailles devait injecter 60 millions d’euros dans le contrat de mariage », a quitté le lit, dans lequel l’État devait lui investir 100 millions d’euros.
L’actuel ministre en charge de l’économie numérique, Éric Besson, se voit donc contraint d’intervenir… Le 22 décembre, il annonçait l’intention de réunir le 21 janvier (encore un mois de perdu sur l’avancée des concurrents américains que le projet est censé contrer) une réunion des entreprises concernées pour faire un point d’étape, après la défection de Dassault Systèmes.

« Le projet Andromède reste d’actualité », a précisé le ministre dans sa déclaration, après l’annonce du retrait du concepteur du logiciel du projet de consortium, rapporte l’AFP. D’autres groupes, comme Atos ou Capgemini seraient sur les rangs pour rendre la place de Dassault Systèmes. Certes, pour les grandes entreprises, c’est un moyen de minimiser les risques et trouvant un nouveau moyen de cofinancer leurs projets. L’État lui, espère participer à la création d’emploi…

Seulement voilà, alors que les Cisco, Amazon, Microsoft et autre IBM avancent des offres commerciales de cloud presque clé en main, les Français se chamaillent autour de leur contrat de mariage à plusieurs. Le format coentreprises, peut-être bien adapté à des industries aux cycles longs, comme l’aéronautique, semble bien mal adapté à l’économie numérique.

En même temps, l’histoire d’Andromède, livrée enchaînée à un monstre  par son père Poséidon, avant d’être libéré par Persée, n’a rien d’un long fleuve tranquille !

AB

bulle Reactions

Aucune réaction actuellement

com_reagissez